Une petite fille courageuse

Lundi 19 février 2018, par un début d’après midi gris, Juliette se faisait « casser les pieds ». Plus concrètement, elle se faisait reconstruire une voute plantaire la ou elle avait les pieds incurvés dans le mauvais sens. A cause de cette opération je te disais que nous allions (ma tribu et moi) traverser une période compliquée. Comme je vois pas mal de questions sur ma Juju fleurir par-ci par là, l’article du jour sera consacré à ma petite casse pieds 🙂

L’opération s’est bien passée

Voila c’est fini … je déconne.

Plus sérieusement, nous sommes arrivés le matin de l’opération et Juju a tout de suite été installée dans sa chambre « particulière« . Assez grande d’ailleurs avec un lit médicalisé et un lit d’appoint. Sabine l’a occupé durant 2 nuits et moi la 3ème.

En début d’après midi, Juju est partie au bloc. De sa chambre jusqu’à l’ascenseur, ou nous nous sommes séparés, elle est restée courageuse. Pas un pleur, pas un geignement. En la connaissant on voyait bien qu’elle était inquiète. Elle commence à avoir une trop longue expérience des blocs opératoire, elle savait bien ce qui l’attendait. Elle avait même donné ses consignes, la perf pas le masque. En langage Juju, elle répétait « la piqure » en se tapotant la main dès qu’on lui parlait de l’opération.

Les portes de l’ascenseur se sont refermés sur son visage stressé et nous sommes retournés, Sabine et moi, dans sa chambre d’hôpital, l’attendre. Nous n’étions pas effrayés par l’opération mais davantage triste d’avoir à lui en faire subir une, peur qu’elle ne comprenne pas tout ce qu’elle allait subir. Ce n’est jamais facile, en tant que parent de se dire que tu vas faire souffrir ton enfant, surtout en sachant qu’elle n’en comprenait pas bien la raison, ni combien de temps cela allait durer. Elle nous fait confiance, voilà tout.

3 heures plus tard le chirurgien est venu nous prévenir que l’opération s’était bien passée, qu’elle était en salle de réveil et qu’elle remonterait en début de soirée. C’est ce qu’il s’est passé. Juju est remontée, un peu dans le gaz, mais contente de nous revoir. Nous étions ravis également.

Séjour à l’hôpital

Juliette est resté à l’hôpital les 3 nuits suivantes. Durant cette période, elle est restée un moment les jambes anesthésiées mais pas encore le plâtre. Elle saignottait un peu trop (pour reprendre l’expression du chirurgien).

Le personnel hospitalier a été très bien. Toutes les infirmières que j’ai croisée était à l’écoute de Juju et elle étaient toutes avenantes/gentilles/souriantes. Ce qui aide à supporter le séjour. Par ailleurs elles se sont bien occupées de Juju pour ce qui est des soins, de la toilette, du changement des draps. Elles n’arrêtaient pas de nous dire de les appeler, qu’elles étaient là pour çà.

Jeudi matin, peu de temps avant son départ pour les cadrans, Juju à eu ses plâtres. Du pieds jusque sous le genou. Luxe ultime, elle a pu choisir la couleur de ses bottes. Entre violet, blanc, bleu, orange et rose je vous laisse deviner lesquelles elle à choisi.

Globalement le séjour s’est très bien passée. Juju n’a pas souffert (merci les anti-douleurs) et cela nous a permis de voir (et commencer) quels étaient les soins que requérait Juliette. Elle a été tout de suite très mobile. Comme si elle ne ventait pas de passer sur le billard. Elle bougeait ses pieds, les cognait contre son lit, rigolait en disant aie et se retournait à nouveau. Cela nous impressionnait beaucoup plus qu’elle. Maintenant que j’y pense elle s’est « plainte » d’avoir mal au pieds mais jamais elle n’a pleuré ni fait un quelconque caprice… trop forte !

Et une fois qu’elle a eu récupéré sa tablette, elle s’est plongée dans l’univers de la reine des neiges sans discontinuer. Merci Elsa, Anna, Olaf, Sven et Kristophe (non pas Hans ! Méchant Hans !)

Une remarque sur les repas hospitaliers ? On mange parce qu’on a faim (et qu’on s’ennuie) mais c’est vraiment pas bon.

Séjour aux cadrans

L’après midi de sa pose de plâtre (en fait de la résine à prise très très rapide (moins de 5 minutes)), Juju est partie avec sa mère dans une ambulance colorée (financée par les blouses roses d’après l’infirmière) en direction des cadrans solaires à Vence.

Juliette (et nous) avons été très bien accueillis arrivés aux cadrans. La chambre était vieillotte mais disposait d’une belle vue. Le personnel était sympathique et compréhensif, mais, malgré tout, c’est la partie de « l’opération » que nous appréhendions le plus. C’est à ces gens que nous devions laisser notre Juju. Et ce pendant plusieurs semaines. Juju semblait, la aussi, le prendre bien mieux que nous.

Voyant l’émoi général, le personnel nous a proposé de rester avec elle au début. Ce que Sabine a fait (sur un lit de camp cette fois). De mon côté je suis rentré à la maison. Sur la route, je me suis fait la réflexion que ça n’allait pas être possible de tenir 2 mois comme ça. La famille scindée, la distance, les trajets, impossible. Une fois rentré à la maison j’ai eu Sabine au téléphone et elle en était arrivé aux mêmes conclusions.

Nous avions vu comment assurer les soins de Juju à l’hôpital, nous avions vu comment Juju était facile à gérer dans son lit médicalisée. Nous étions tous les 2 confiants dans le fait que ce serait plus simple de la garder à la maison.

Retour à la maison

Juju est rentrée hier (ce qui explique aussi l’absence de billet d’hier, je n’avais pas le cœur à écrire et je tournais en rond).

Sabine s’est occupé de faire toutes les démarches pour une hospitalisation à domicile. Et nous sommes donc désormais équipés d’un lit médicalisé (en plein milieu du salon (faut la garder à l’œil pour pas qu’elle descende de son lit la bougresse) et de divers accessoires comme un bassin à urine tiède.

Elle n’aura passé que 5 nuits aux cadrans (à comparer aux 2 mois envisagés initialement) mais cela nous aura suffit pour nous rendre compte que ce n’était pas vivable.

Voila, Juju va bien, elle chante « libérée délivrée » en boucle, la famille est de nouveau réunie et ça fait du bien après cette dernière semaine plutôt compliquée. Tout le monde est très content sauf ce foutu chat qui, bizarrement, craint le lit médicalisé. il a du se faire mordre par un lit de ce genre … sans doute…

 

 

 

Publié par

Fred

Parfaitement bilingue ... Oh my Glotte !!!

3 réflexions au sujet de « Une petite fille courageuse »

  1. Bonjour à tous ! Je suis bien contente que Juju soit rentrée chez elle ! On est tellement mieux chez soi. Heureusement que c’était hier car aujourd’hui il neige !! 😉 Vous avez pris une bonne décision. Je vous souhaite bon courage pour la suite. Je vous embrasse et surtout Juju.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *