cure d’informations

Depuis plus d’un an maintenant, j’ai choisi de suivre une cure de l’information. Et aussi bizarrement que cela puisse paraitre je ne m’en porte pas plus mal.

L’information est présente partout

Nous sommes en plein dans l’ère de l’information. Les chaines de TV 24/7 sont en place depuis plusieurs années et se portent bien. Il existe quantité de médias visant à nous informer sur tous les sujets, sur tous les tons. Avec les smartphones, les fils d’infos t’envoient des infos toute la journée. Que ce soit via les réseaux sociaux ou les diverses applis des sites d’informations il est difficile de ne pas savoir ce qu’il se passe en ce moment même en France.

C’est tellement dans l’ère du temps que la pression sociale t’impose de suivre l’actualité du moment par un biais ou un autre. Pour qui vas tu donc passer si tu n’es pas capable de commenter la dernière polémique en date ? Et si on te parle de ce scandale ? Tu as entendu parler de ce qu’il s’est passé dans cette école américaine ? Encore un nouvel impôt, une nouvelle grève, une nouvelle guerre, une nouvelle menace nucléaire. De quoi vas tu pouvoir parler, si tu ne suis pas les news comme tout le monde.

C’est tellement vrai que dans la voiture, aux heures de pointe, tu as les news sur toutes les radios d’infos. Une fois rentré chez toi, lorsque tu es à table, c’est le journal TV. Et si tu n’en as pas assez tu as la presse quotidienne tous les matins.

A quoi bon ?

C’est en lisant « la semaine de 4h » de Tim Ferriss (oui ce livre m’a mis une certaine claque) que je me suis rendu compte que sur ce point il avait bien raison.
Globalement, les news, l’actu, l’info généraliste (le journal TV, la presse quotidienne, les radios généraliste, tous les médias grand public en somme sont largement négatif où bêtifiant.
Hormis pour « briller en société », à quoi bon perdre son temps à regarder le journal TV et ses news sinistres. A quoi bon se pourrir son trajet maison-boulot avec une énumération de faits plutôt négatif en voiture ? A quoi bon perdre son temps à parcourir les mêmes articles de presse sur une énième polémique ?

En plus d’être chronophage, cela a une incidence sur ton humeur. Tu as beau être la personne la plus enjouée du monde, si l’on ne te parle que de scandales, de tueries, d’intempéries, de catastrophes, de gens qui fuient leur pays, de polémiques politiciennes, jusqu’à quand peux tu encaisser toutes ces mauvaises nouvelles en restant stoïque ?

Le plus drôle avec ce flux d’infos continue c’est que la plupart du temps tu ne peux rien y faire à titre individuel. Quel action peux-tu avoir sur une catastrophe naturelle ? Sur l’édition d’une nouvelle loi néfaste ? Sur un tweetstorm entre 2 dirigeants ? Bien souvent tu ne pèse pas lourd sur ce genre de news. Au mieux tu peux signer une pétition ou faire un don à une association mais ce ne sera qu’une goutte d’eau sur un mur d’impuissance.

N’ayant aucun pouvoir d’infléchir le cours de ces news, j’ai fais comme Tim Ferriss et j’ai décidé de m’en affranchir. J’ai quasiment supprimé toutes les émissions traitant de l’actu de ma playlist. Il ne doit me rester que Thomas Legrand et son édito politique. Si je ne me suis pas désabonné c’est plus par habitude que par réel intérêt. En écrivant cette ligne je me rend compte que je ne saurai même plus dire, comment, écouter ce podcast, a été positif pour moi (je me désabonne de suite).

Percevoir des échos et gagner du temps

Malgré cela, même sans suivre une quelconque source d’information, je continue de percevoir des échos de cette actu. Que ce soit les titres d’articles sur les réseaux sociaux ou une télé allumé chez un fan des chaines d’informations continu. Je continue de recevoir des bribes d’informations mais je ne perd plus mon temps ni mon humeur à aller chercher cette info.

J’ai entendu parler de la menace nucléaire que faisait planer Trump et Kim Jong Un. Et alors ? Il sera toujours temps de m’inquiéter lorsque les sirènes d’alerte retentiront. Pour peu qu’elles retentissent un jour, il me semble que ca a surtout alimenté un climat de peur propice aux marchands d’armes … non ?

A ne plus suivre l’info, je gagne un temps précieux et mon humeur n’est plus le jouet d’un scandale fiscal ou alimentaire. Je trouve que, l’un dans l’autre, je suis plutôt gagnant.
Qu’en penses-tu ?

Publié par

Fred

Parfaitement bilingue ... Oh my Glotte !!!

2 réflexions au sujet de « cure d’informations »

  1. Salut Fred,
    J’ai arrêté les infos et la télévision depuis 2002.
    Après le 11 septembre, j’ai eu un trop plein de mauvaises ondes. Comme tu dis, on ne peut pas faire grand chose.
    J’ai installé un vidéo-projecteur chez moi et je ne regarde que des films et des séries que je choisis (Vod orange, Netflix). Ça a l’avantage de ne plus avoir de réflexe, je m’ennuie donc j’allume le téléviseur. Le vidéo-projecteur nécessite un petit rituel, je baisse l’écran qui est devant une baie vitrée, j’attends que le vidéo-projecteur chauffe. Tu décides vraiment de regarder un truc.
    Je fais une revue de presse écrite sur le Web une à deux fois par semaine.
    Et basta.
    Quand un sujet m’intéresse je fais plus de recherches.
    Je suis persuadé que ça améliore mon quotidien.
    BSLC
    FaB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *