La semaine de 4 heures de Tim Ferriss

Il y a des livres qui ont un impact sur votre vie au delà de ce que vous pensiez possible et ce livre à complètement changé ma façon d’envisager mon futur. Mais revenons un peu en arrière.

Des podcasts vers la lecture

Je le dis assez souvent comme ça mais j’écoute à peu près 10h de podcasts par semaine. Cette dernière année ma playlist a particulièrement changé. Les podcasts sociétaux et d’actualité ont progressivement quitté ma playlist et d’autres podcasts sont venus comblés les vides avec bonheur.

J’ai ainsi fait connaissance avec Xavier Jaleran de Parlons web, Stanislas Leloup de “Marketing Mania“, et d’autres encore. Le podcast de Xavier était principalement constitué d’interview d’entrepreneurs web. Il leur posait des questions diverses sur comment ils avaient démarré, ce qu’ils (ou elles) faisaient avant. C’était globalement très intéressant et j’ai appris plein de choses sur l’état d’esprit d’un entrepreneur web notamment. Mais revenons en à ce bouquin.

En fin d’interview, Xavier aimait poser la question “quel livre recommanderais-tu  ?”. Et souvent, celui de Tim Ferris revenait parmi ses invités. Même chose chez Stanislas dans son podcast. Lorsqu’il posait la question quel livre offrirai tu ? On lui répondait souvent “La semaine de 4 heures de Tim Ferriss” ou alors l’invité l’évoquait avant d’en citer un autre pour sortir du cliché. Une chose était sure, tout le monde avait lu ce livre.

Tim Ferriss un inconnu qui interviewe des stars.

Je ne sais plus quel a été le déclencheur. Sans doute encore une recommandation dans un podcast pour la lecture du livre de Ferriss. J’ai donc commencé à m’intéresser à cet auteur. Rapidement je vois qu’il a un blog du même nom et un podcast comprenant plus de 150 épisodes (206 à ce jour). Et sur ce podcast des interview de personnalités pour le moins connues :

  • Noah Kagan, #30 chez facebook, #4 dans Mint.com et fondateur de SumoMe que les utilisateurs de wordpress connaissent bien.
  • Phil Libin, fondateur d’Evernote
  • Reid Hoffman, fondateur de LinkedIn
  • Scott Adams, le dessinateur de Dilbert
  • Robert Rodriguez, le réalisateur des films “une nuit en enfer” et “desperado”
  • Jon Favreau : réalisateur des films Iron Man (c’est aussi le garde du corps de Tony Stark)
  • David Heinemeier Hansson, le créateur de Ruby On Rails et de basecamp
  • Kevin Costner, l’acteur de Robin des bois ou Danse avec les loups (de Waterworld aussi … ok)
  • Jamie Foxx, l’acteur (entre autre) de Django Unchained
  • Mall Mullenweg le créateur de wordpress (excusez du peu) et fondateur d’automattic
  • Edward Norton, acteur mémorable de Fight Club et d’American History X
  • Arnold Schwarzenegger qui ne connait pas l’homme qui fut successivement Mr Universe, Conan le barbare, Terminator et enfin le Gouvernator …

Cette liste à rapidement mis fin à tout doute sur la crédibilité de Tim Ferris et c’est ainsi que le 26 octobre, j’achetais son livre.

“J’ai lu la semaine de 4 heures … et je l’ai relu immédiatement après”

J’ai déjà lu des livres économiques ou sociaux. Le plus marquant avait été “pour une révolution fiscale” de Thomas Piketty. Un livre intéressant, plein de bonnes idées. Mais loin d’être passionnant à lire. En fait il était même chiant et je n’envisage pas une seconde de le relire.

C’est tout à fait l’inverse qui s’est produit avec “la semaine de 4 heures”. Ne vous arrêtez pas au titre, ce n’est que du marketing accrocheur. Le contenu par contre est très prenant. J’ai dévoré le livre en quelques soirées/nuits et non content de l’avoir fini je l’ai relu tout de suite après. Ça doit bien être le premier bouquin pour lequel je fais cela. J’ai bien lu Jurassic Park une demi douzaine de fois (le livre est bien mieux fait que le film) mais cela sur une période de plusieurs années. Jamais je n’avais relu un quelconque bouquin durant la même semaine.

Ce livre se veut être un tremplin pour que chacun de nous trouve le courage de se lancer à son compte et démarre sa propre activité plutôt que de rester dépendant (salarié par exemple). Le livre se lit comme un roman tant il est émaillé d’anecdotes qui vous laisseront perplexe tant elles se rapprochent de ce que vous vivez au quotidien. Les grandes sociétés se font étriller et les salariés se font piquer au vif. Du moins c’est ce qu’il m’est arrivé.

Lire le soir ce qu’il vous arrive plusieurs fois dans la semaine est hautement perturbant

En fait en lisant ce livre le soir j’ai plusieurs fois eu l’impression qu’il s’était inspiré de ce qu’il m’était arrivé dans la journée. Un exemple tout bête.

Un matin, se produit une mini crise dont les grandes boites ont le secret. Une entité fait quelque chose et cela à un impact bien visible sur le service d’une autre entité. Catastrophe, le téléphone sonne, les mails crépitent à mesurent que le nombre de destinataires augmente. Et en bout de chaine, c’est à moi qu’il incombe de trouver une solution à un problème que je n’envisageais pas de me poser. Je bous intérieurement et je lance les procédures pour mettre en place un correctif dans l’après midi. Pause déjeuner. A mon retour, la crise avait tout simplement disparu. Le service à l’origine de celle-ci avait finalement trouvé une solution (pourtant déclarée impossible à corriger 2 heures auparavant). Mes actions n’avaient servi à rien. J’avais passé plusieurs heures à produire du vent et à m’énerver pour rien.

Le soir même je lisais la partie sur ce que Tim Ferriss appelle les fausses urgences. Vous savez, les broutilles qui soudain prennent une place énorme alors que ce n’est bien souvent qu’une question d’égo ou un refus d’assumer ses erreurs.

Deux fois durant cette même semaine j’ai vécu une situation similaire ou le soir je lisais ce que j’avais vécu dans la journée et comment y répondre ou ne pas le faire. J’en suis venu à considérer Tim Ferris comme un bon maitre Jedi. Pas le seul mais un bon.

Si un jour l’on me demande quel livre recommander, nul doute que celui-ci fera partie de mon top 3.

L’histoire ne s’arrête pas la, en fait elle commence

Suite à la lecture de ce livre j’ai modifié pas mal de choses dans ma vie et j’envisage de continuer ainsi. J’ai encore réduit mon suivi de l’actualité et je ne m’en porte pas plus mal. Même sans y passer du temps, j’arrive à être au courant des évènements majeurs qui se sont produits récemment (l’élection de Donald Trump à la présidence Américaine malgré les sondages, la sélection de Fillon, l’attentat de Berlin, la négligence de Lagarde, …) mais cela ne m’intéresse plus. Je n’ai que peu d’impact sur ces choses là alors que je peux en avoir énormément sur la mienne ou celle des gens que j’aime. A quoi bon m’en soucier et m’énerver sur des injustices/anomalies/atrocités.

J’ai aussi pris une plus grande confiance en moi notamment sur mes compétences et en suivant quelques principes simples je me rend comte que je sais faire des choses. J’ai ainsi complètement repensé Site-Migrateur.com en me formant au marketing, et lancé PodMyTube.com en me remettant au développement PHP.

Je ne sais pas ce que vont donner ces 2 services. L’un d’eux rendra t-il service à quelqu’un tout en me permettant d’en tirer quelques revenus. Au final peu importe car j’ai déjà tiré profit de ce que j’ai appris en travaillant sur ces 2 services et que je ne compte pas m’arrêter en si bon chemin.

Je trébuche, je tombe, comme tout le monde je fais des erreurs, mais je tache d’en tirer profit et de me relever. C’est une des leçons que j’ai tiré du livre de Ferriss.

Pour en finir de ce billet (qui fait quand même déjà plus de 1200 mots), ce livre à marqué une étape importante de ma vie au moment ou j’avais besoin de nouveaux repères et je compte bien ne pas en rester là.

Pour tout vous dire, je compte le relire une fois de plus lorsque j’aurai fini Total Recall (la biographie d’Arnold Schwarzenegger). Mais ceci est une autre histoire.

PS : une salve de Merci à Xavier Jaleran, Stanislas Leloup, Patrick Béja, Paul Faure et bien sur Tim Ferriss pour l’inspiration qu’ils me donnent

Published by

Fred

Totally fluent in frenglish, what a gift !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *